Accueil
Nous connaître Recevoir nos nouveautés Suivez-nous !

Les Manufactures

Les Grandes Manufactures au XIXe siècle



Creil Montereau

La manufacture de Creil et celle de Montereau sont à la base deux manufactures distinctes. Charles Gaspard Alexandre Saint-Cricq dit Saint-Cricq Cazaux, propriétaire de la manufacture de Creil, achète en 1819 celle de Montereau mais ne les réunira qu’en 1840.

Cette manufacture se spécialisera et fera sa réputation avec la faïence fine. Dans sa première période, les décors seront peints à la main puis imprimés à l’aide de diverses techniques.

La manufacture de Creil Montereau est célèbre pour le décor herborisation produit en début de fabrique mais également pour tous ses services et séries d’assiettes à thème.

Montereau aura le privilège de fabriquer le service « Rousseau » dès 1866. Le japonisme avec les gravures de Félix Bracquemond avait fait son entrée avant la fameuse Exposition universelle de 1867. La manufacture sera rachetée en 1920 par Choisy-le-Roi et cessera toute activité en 1955.


Desvres

La production de la manufacture de Desvres reste très méconnue par les amateurs de céramiques du XIXe siècle pourtant, c’est l’une des plus importantes. Elle est connue des collectionneurs par la production de la famille Fourmaintraux qui apparaît en 1867.

Ils vont produire de la faïence, de la barbotine, de nombreux carreaux, de la porcelaine et également des grès. Là où je considère qu’il est important d’insister, c’est au niveau du nombre de pièces de formes différentes produites, plus de trois mille au total. Cette manufacture va beaucoup s’inspirer de la production rouennaise pour ses décors en reprenant les camaïeux bleus, les lambrequins, les ocres niellés et beaucoup d’autres. De nombreuses pièces sont d’ailleurs attribuées à Rouen à tort alors qu’elles proviennent de la manufacture de Desvres. Cette confusion est due à la marque apposée à Desvres. Ils ont réalisé beaucoup de pièces à la fin du XIXe siècle destinées à des lieux touristiques comme le Mont-Saint-Michel ou la ville de Quimper. Dans ce cas de figure, ils apposaient le nom de la ville en question avec le numéro de moule. Les pièces destinées à Rouen portent ainsi la mention « Rouen » en bleu plus un numéro.

La production de porcelaines est également à souligner au début du XXe siècle avec Gabriel Fourmaintraux qui reprit des motifs dans le goût du Japon et fut célèbre pour ses lampes et ses miniatures. 

La production desvroise existe encore actuellement, on peut découvrir un aperçu de la production dans les deux musées de la ville.


                          Sarreguemines

La manufacture de faïence de Sarreguemines apparaît à la fin du XVIIIe siècle vers les années 1790 mais la production va réellement commencer au début du XIXe siècle sous la direction du Bavarois Paul Utzschneider. Cette manufacture va être récompensée plusieurs fois de la médaille d’or aux expositions universelles pour la qualité des objets obtenus.

La manufacture va produire de nombreux services différents dont le service Obernai crée par Henri Loux au début du XXe siècle. Elle va aussi réaliser pendant tout le XIXe siècle des séries d’assiettes parlantes avec des thèmes humoristiques, politiques, sportifs ou historiques.

A la fin du XIXe siècle, apparaissent les majoliques avec des pièces exceptionnelles présentées aux expositions comme de très grands vases, des plats et beaucoup de pièces de formes diverses.

Au début du XXe siècle, la faïencerie s’est également illustrée avec les nombreux pichets humoristiques en barbotine qui sont aujourd’hui très recherchés.






Recherche
Contactez-nous
06 86 61 95 23
artselysion@gmail.com
Arts Elysion

Arts Elysion © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation de site internet